Accueil JARDINAGE Tout un jardin couvert de plantes pour économiser l'eau

Tout un jardin couvert de plantes pour économiser l’eau

-

 

 

Le réchauffement climatique menace la sécheresse. Même dans le nord de la France, il y a des pénuries d’eau en hiver. Pour bien utiliser nos réserves d’eau de pluie, nous devons réfléchir à de nouvelles techniques de culture plus respectueuses de l’environnement, mais aussi plus économes en travail.

Vérifiez votre copie de la question « jardin propre ».

« Le jardin doit être propre » : c’est le fil conducteur des jardiniers depuis des décennies, et par qui ? Des agronomes pour la monoculture, une sorte de fierté pour un jardin sans rien que les vendeurs de produits de traitement pourraient surpasser de manière plus ou moins subliminale ? Le « terrain de golf » ou le jardin très formel commencent-ils enfin à se démoder ; cède-t-il progressivement la place à l’informel, au jardin naturaliste qui favorise le déclin de la biodiversité, à la permaculture ?

C’est une bonne chose, car nous devons nous adapter au réchauffement climatique, qui assèche et surchauffe de plus en plus notre jardin. Que pouvons-nous faire d’autre que d’essayer de nouvelles techniques de culture pour économiser l’eau ? Pour enfin prendre en compte l’écologie, qui prend en compte tous les êtres vivants dans leur environnement et leurs relations complexes ? Car généralement, ces relations interspécifiques sont une relation de soutien mutuel : depuis des millions d’années, ces êtres vivants coexistent en s’adaptant les uns aux autres et en vivant en communauté. Mais où dans la nature voit-on un morceau de terre s’assécher à l’air libre ? Nulle part, car la nature déteste le vide et s’empresse de le remplir. Préserver la couverture végétale du sol est certainement un moyen d’économiser l’eau.

Pourquoi le sol se détériore-t-il et s’assèche-t-il sans une couche de paillis ?

- Advertisement -

Si le sol est nu, à peine remué et labouré : il est grumeleux et facile à planter, et les plantes replantées arrachent facilement les racines, ce qui est le but du battage ou du ratissage. Cependant, peu après la première pluie, qui est un peu forte, se forment ce qu’on appelle des « marais argileux », surtout dans les sols argileux ou limoneux. Les fortes pluies (ou l’irrigation intensive) décomposent le sol, l’argile ou le limon se transforment en très fines particules qui flottent dans l’eau et se déposent ensuite dans une couche superficielle dure à la surface. Cette couche est bouillie et cimentée au soleil.

Ni l’eau ni l’air ne peuvent pénétrer cette couche impénétrable, ce qui limitera considérablement le développement de la plante. De plus, au lieu de pénétrer lentement dans le sol, les futures pluies resteront dans une flaque et s’évaporeront très rapidement ou, en cas de pente, ruisselleront et emporteront le sol. En conséquence, cette alimentation en eau de pluie sera perdue pour les plantes.

Non seulement l’écorce battue empêche l’eau de pénétrer, mais elle l’aspire des profondeurs du sol vers la surface par un fort phénomène capillaire, où elle s’évapore et intensifie le phénomène de déshydratation.

Non seulement le sol s’assèche en été et en hiver, surtout en cas de gel et de vent, mais il évapore également une énorme quantité d’eau au lieu de pénétrer dans la nappe phréatique.

Même sans croûte, sur une surface terrestre nue et fraîchement formée, le soleil laisse l’eau s’évaporer trop rapidement (imaginez une éponge au soleil). Sur la terre noire, la lumière du soleil entraîne une surchauffe, ce qui est favorable au début du printemps, mais néfaste en été.

Enfin, comme le battement de l’écorce, la surchauffe est préjudiciable à la vie du sol, en particulier aux vers de terre, qui produisent les complexes de couleurs humaines si nécessaires aux plantes.

Remplir le jardin de plantes pour moins d’arrosage

Depuis quelques années, nous essayons de combattre cette terre nue avec du paillis. Le paillage est très intéressant, mais il n’y a jamais assez de restes de plantes dans un jardin pour en mettre partout.

Une autre solution consiste à imiter la nature : pas de vide !

  • En hiver ou à la fin de l’été, mettez une couche intermédiaire (quand le jardin est vide) dans le jardin : un engrais vert ou laissez simplement pousser les annuelles indigènes, plantez la mâche, ne m’oubliez pas…
  • Évitez le nettoyage excessif du jardin, laissez des mauvaises herbes sélectionnées (souvent des annuelles) parmi les légumes pour leur tranquillité (faciles à arracher) et leur attrait (pour vous et les insectes) : tant qu’elles ne couvrent pas les légumes, elles ne souffrent pas. Une pomme de terre, par exemple, n’est dérangée par rien.
  • Ne cherchez plus à contrôler complètement votre potager : chaque plante à sa place, des vivaces à bonne distance et régulièrement, pas de semis spontanés… Non ! Changez de perspective, acceptez une certaine forme d’intégration, passez d’un style formel à un style informel. Bien sûr, c’est aussi une question de goût, mais laissez les plates-bandes s’épaissir et se condenser et remplissez les trous avec des plantes annuelles qui se gèrent d’elles-mêmes jusqu’à ce que les vivaces aient absorbé suffisamment de volume, ce sont des méthodes pour éviter l’évaporation de l’eau. Cela réduit aussi considérablement le contrôle des mauvaises herbes : Oui, ne laissons pas tout tomber ! Il est important de maintenir un équilibre durable entre le pavot, qui sème parfois trop, et la délicate plante vivace que nous abîmons, mais cela demande beaucoup moins de travail que le désherbage systématique de tout : une fois la couverture végétale fermée, très peu de nouveaux plants germent et il y a beaucoup moins d’arrosoirs à transporter.

Le rôle de la plante dans la couverture du sol

Si le sol est couvert de plantes, même de petites plantes ou même de mauvaises herbes, parce que c’est mieux que rien :

  • le sol est protégé de la lumière directe du soleil, qui assèche et surchauffe.
  • Le feuillage absorbe la pression des fortes pluies : il n’y a pas d’incrustation.
  • Le système racinaire permet au sol de se drainer naturellement : la pluie s’infiltre rapidement le long des racines au lieu de s’évaporer.
  • le feuillage apparaît pendant la journée, mais d’autre part la plante recueille la rosée du matin (eau atmosphérique), dont une partie tombe le long des tiges et pénètre dans le sol.
  • Sous la couche de feuillage, l’atmosphère reste plus humide et crée un microclimat propice à la vie.
  • Les mauvaises herbes ou autres plantes d’accompagnement maintiennent la rhizosphère (les micro-organismes symbiotiques de la plante) en bon état, ce qui assure un meilleur équilibre hydrique dans le sol et constitue une aide évidente pour remplacer les mauvaises herbes par une culture.
  • Les tissus des plantes sont imprégnés d’eau et sont donc généralement un moyen de conserver l’eau dans votre jardin.
  • L’ombre créée à la base des plantes productives peut être très utile en cas de vague de chaleur.

D’autre part, le fait qu’il ne s’agisse plus d’une monoculture est très bénéfique pour la biodiversité et donc pour la présence d’une petite faune auxiliaire : par exemple, les plantes de compagnie peuvent prospérer en basse saison et nourrir les insectes. Après tout, certaines mauvaises herbes sont tout simplement rares, et si vous les tolérez un peu, elles peuvent tout simplement exister, comme l’inoffensive Kickxia elatin.

Combattez les effets néfastes des sols dénudés par des mauvaises herbes, dites adventices !

Le travail du jardinier doit évoluer et devenir plus sophistiqué : Au lieu d’essayer de tout contrôler à 100% : l’eau, les plantes, la nourriture, peut-être le jardinier devrait-il avoir plus confiance en la nature et imiter un système qui a évolué et fait ses preuves depuis des milliers d’années, la rendre « propre », prendre le contrôle total de l’environnement : accepter certaines des mauvaises herbes.

CLIQUEZ SUR LA PAGE SUIVANTE CI-DESSOUS POUR CONTINUER À LIRE…



Abonnez-vous pour recevoir le manuel des jardiniers sans moyen gratuitement


Inscrivez-vous pour recevoir le lien de téléchargement du livre «le manuel des jardiniers sans moyen» PDF, qui exprime la conviction que tout le monde peut jardiner, malgré l’absence d’expérience ou de tous moyens.
Adresse e-mail non valide
Avec nous, pas de courrier indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.

Must Read

« Gingembre  » de la plantation à la récolte

0
Le gingembre officinal en résumé : Nom latin : Zingiber officinale Nom commun : gingembre commun, gingembre officinalFamille : ZingiberaceaeType : vivace...



Abonnez-vous pour recevoir le manuel des jardiniers sans moyen gratuitement


Inscrivez-vous pour recevoir le lien de téléchargement du livre «le manuel des jardiniers sans moyen» PDF, qui exprime la conviction que tout le monde peut jardiner, malgré l’absence d’expérience ou de tous moyens.
Adresse e-mail non valide
Avec nous, pas de courrier indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.