Accueil écologie Les plantes disparaissent jusqu'à 350 fois plus rapidement que la norme historique

Les plantes disparaissent jusqu’à 350 fois plus rapidement que la norme historique

-

 

Les taux d’extinction des plantes modernes qui dépassent les taux historiques jusqu’à 350 fois vont sonner le désastre pour l’avenir de notre planète.

(CONVERSATION) – La Terre assiste à une perte d’espèces sans précédent, ce que certains écologistes appellent une sixième extinction de masse. En mai, un rapport des Nations Unies a averti qu’un million d’espèces sont menacées d’extinction. Plus récemment, 571 espèces de plantes ont été déclarées éteintes.

Mais des extinctions ont eu lieu aussi longtemps que la vie a existé sur Terre. La question importante est de savoir si le taux d’extinction a augmenté. Notre recherche, publiée aujourd’hui dans Current Biology, a révélé que certaines plantes s’éteignaient jusqu’à 350 fois plus rapidement que la moyenne historique, avec des conséquences dévastatrices pour des espèces uniques.

Mesurer le taux d’extinction
« Combien d’espèces disparaissent » n’est pas une question facile à répondre. Pour commencer, il manque des données précises sur les extinctions contemporaines dans la plupart des régions du monde. Et les espèces ne sont pas réparties uniformément – par exemple, Madagascar abrite environ 12 000 espèces de plantes, dont 80% sont endémiques (que l’on ne trouve nulle part ailleurs). L’Angleterre, quant à elle, n’abrite que 1 859 espèces, dont 75 (à peine 4%) sont endémiques.

- Advertisement -

Des régions comme Madagascar, qui présentent des taux de biodiversité exceptionnels menacés par la destruction humaine, sont appelées des «points chauds». Fondés uniquement sur des chiffres, les points chauds de la biodiversité devraient perdre plus d’espèces menacées de disparition que les points froids tels que l’Angleterre.

Bricolage: Plus de 16 000 plans de travail du bois, étape par étape. Maintenant, construisez n’importe quoi en bois!
Rapports utopiques

Mais cela ne veut pas dire que les points froids ne valent pas la peine d’être conservés – ils ont tendance à contenir des plantes complètement uniques.

Nous faisons partie d’une équipe internationale qui a récemment examiné 291 extinctions de plantes modernes entre points chauds et points froids de la biodiversité. Nous avons examiné les causes sous-jacentes d’extinction, leur origine et leur spécificité. Forts de ces informations, nous avons demandé en quoi les extinctions différaient entre les points chauds et les points froids de la biodiversité.

Sans surprise, nous avons constaté que les points chauds perdaient plus d’espèces, plus rapidement, que les points froids. L’agriculture et l’urbanisation ont été d’importants facteurs d’extinctions de plantes dans les zones chaudes et froides, confirmant ainsi l’opinion générale selon laquelle la destruction de l’habitat est la principale cause de la plupart des extinctions. Dans l’ensemble, les plantes vivaces comme les graminées sont particulièrement vulnérables à l’extinction.

Cependant, les points froids risquent de perdre plus d’unicité que les points chauds. Par exemple, sept extinctions par points froids ont entraîné la disparition de sept genres et, dans un cas, de toute une famille de plantes. Il est donc clair que les points froids représentent également des réservoirs importants de biodiversité unique nécessitant une conservation.

Nous montrons également que les taux d’extinction récents, à leur apogée, étaient 350 fois plus élevés que les taux d’extinction historiques. Les scientifiques ont déjà spéculé sur le fait que les extinctions d’usines modernes dépasseraient plusieurs milliers de fois les taux de bruit de fond au cours des 80 prochaines années.

Alors, pourquoi nos estimations de l’extinction des plantes sont-elles si basses?

Premièrement, le manque de données complètes limite les inférences pouvant être faites sur les extinctions modernes. Deuxièmement, les plantes sont uniques en leur genre – certaines vivent très longtemps et beaucoup peuvent persister à de faibles densités en raison d’adaptations uniques, telles que la possibilité de se reproduire en l’absence de partenaires.

Vous pouvez aller à la page suivante pour lire la suite de cet article

À ne pas rater !
Abonnez-vous pour recevoir nos dernières actualités
Inscrivez-vous pour recevoir les meilleures de jardin de Grand-Mère ,des astuce jardinage et des actualités directement dans votre boite email.
Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Must Read

« Gingembre  » de la plantation à la récolte

0
Le gingembre officinal en résumé : Nom latin : Zingiber officinale Nom commun : gingembre commun, gingembre officinalFamille : ZingiberaceaeType : vivace...
À ne pas rater !
Abonnez-vous pour recevoir nos dernières actualités
Inscrivez-vous pour recevoir les meilleures de jardin de Grand-Mère ,des astuce jardinage et des actualités directement dans votre boite email.
Adresse e-mail non valide
Essayez. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.