Now Reading
Plantation par calendrier et instinct de plagiat

Plantation par calendrier et instinct de plagiat

Ce que nous plantons :
Il est important de noter que nous cultivons ce qui équivaut à un gigantesque lotissement que nous utiliserons ou non l’année prochaine. Les arbres, les baies et d’autres plantes vivaces de ce type ne sont pas vraiment des options pour nous en ce moment. Ce jardin est donc chargé d’annuelles, ce qui a rendu la planification encore plus pertinente. D’une certaine manière, le fait d’avoir un vrai printemps a rendu la culture annuelle bien plus excitante. Nous avons été pleins d’anticipation, nos nerfs se secouant à chaque nouvelle prévision.

Nous avons essayé de travailler lentement dans la saison, en commençant tôt avec les semis par temps froid – chou frisé, bette à carde, épinards, pois, brocoli, roquette, fèves, carottes, betteraves et radis. Plus tard, nous avons commencé à nous installer dans des pots de semis de produits de temps chaud, de concombres, de courges, de tomates, de gombos, de poivrons et de haricots.

Nous sommes également attachés aux espèces de soutien alimentaire et comestible, dont quelques-unes assureront une stabilité durable (oseille, chicorée, cresson des montagnes et herbes culinaires mixtes) au cas où nous ou quelqu’un d’autre utiliserions le jardin l’année prochaine. Nous avons inclus des auto-semoirs tels que le capucine, la bourrache et le quartier d’agneau pour des légumes comestibles plus excitants (et des fleurs du capucine et de la bourrache). Beaucoup de ces plantes aident à la fois à lutter contre les ravageurs (ou à la distraction) et à attirer les pollinisateurs.

Nous allons également planter des agrafes. Nous allons cultiver une combinaison commune connue sous le nom de milpa au Guatemala: maïs, haricots et courge. Et nous avons inclus les pommes de terre et les patates douces dans le mélange.

Si la moitié de ces aspirations se réalisent, nous ferons de bons amis avec les voisins, mais, comme le sol ne monte que pour la bonne température la semaine dernière, nous avons toujours l’impression que c’est un très gros… Au Panama, nous ‘ J’ai probablement déjà des concombres. Jusqu’à présent, après deux mois, nous n’avons que peu de résultats.

Comment l’horaire est venu :
Sous les tropiques, nous avons porté une attention particulière à la lune. Par exemple, lors de la récolte de branches de palmier pour les toits de chaume, le fait de le faire pendant la pleine lune signifie que les insectes sont plus susceptibles de s’y trouver, ce qui réduit considérablement la durée de vie du toit. En dehors de cela, nous étions au courant des pluies: la saison sèche est incroyablement sèche; dans certaines régions, il a été plus ou moins six mois sans pluie et, pendant la deuxième moitié de l’année, six mois avec des pluies quotidiennes. Cela fait une différence avec ce qui pousse bien. Les températures n’étaient pas le problème.

En Caroline du Nord, la dernière date de gel est une source de grave préoccupation, ou du moins nous a-t-il semblé le cas. De nombreuses cultures ne peuvent pas supporter le gel de nuit, alors les mettre trop tôt dans le sol signifiait beaucoup de travail, il suffisait de regarder les jeunes plantes dépérir. Nous avons parlé à des habitants qui nous ont assuré que, bien que la date du dernier gel mentionnée pour notre partie de la Caroline soit le 8 mai, ils ont été gelés jusqu’au 15. Nous avons tremblé. Lorsque l’hiver était différent de tout ce qu’on avait jamais vu, températures élevées en février, neige fin mars, pluie tous les deux jours, nous ne pouvions que supposer que le changement climatique l’avait tout mis de travers.

En bref, avec un acte de foi audacieux et une remise en question sérieuse de cette question, nous avons essayé d’équilibrer notre calendrier de plantation avec les cycles de la lune et la date du dernier gel. Les cycles dictaient ce que nous plantions à chaque point du mois et la dernière date de gelée était utilisée pour indiquer ce qu’il fallait planter chaque mois de printemps. Nous avons appris que la combinaison de ces deux éléments, même si elle n’est pas sournoise, n’est pas toujours conforme aux recommandations standard en matière d’ensemencement des semences. Il en a résulté beaucoup de réflexion intellectuelle sur quand, quoi, comment, où et pourquoi. Nous étions assez sûrs de qui: nous faisions tout cela, non?

Ce que nous pensons que nous avons recherché :
Nous sommes tous les deux des lecteurs voraces des livres de jardinage, en particulier de ceux qui ne laissent aucun doute sur les avantages des méthodes de culture biologiques et semblent présumer qu’un jardin rempli de nourriture est à la disposition de toute personne intéressée. À partir de ces livres, nous avons rassemblé quelques idées de seconde main sur la façon dont jardiner un climat tempéré. Nous connaissons les cadres froids. Nous connaissons les cultures tolérantes au froid. Nous connaissons le chou-rave et la salade de chou. Nous avons tout lu.

Le plan a commencé la dernière semaine de février, alors que la lune était dans sa première phase et que la dernière date de gelée était proche de trois mois. Nous avons commencé avec une sélection modeste de chou frisé, d’épinards, de céleri et de brocoli, dans environ huit de chaque, dans des pots à journaux biodégradables. Une fois que certains ont germé, nous les avons sortis pendant la journée, lorsque la température n’était pas trop rude, et nous les avons gardés la nuit.

See Also

Mars était censé être le spécial lève-tôt. La nouvelle lune nous a vus avec des pots de papier contenant du brocoli, du chou frisé, de la bette à carde, de la roquette, du céleri, des pois et des fèves, lorsque la lune a fondu, nous avons préparé les lits pour les premiers légumes-racines et ajouté des carottes, des betteraves et des radis en tant que plantes compagnes, et nous avons également commencé l’oseille en tant que plante vivace destinée à pénétrer dans le sol pendant la phase intensive de la lune par les racines. Ce sont nos premières cultures.

Mi-avril, la porte était ouverte pour tout. Nous étions à seulement un mois de l’évaluation du pire scénario par les anciens. Ainsi, au cours du premier trimestre, nous avons planté les mêmes plantes feuillues: chou frisé, bette à carde et roquette, ainsi que du capucine, des légumes verts, du quartier d’agneau, de la bourrache et du cerfeuil. Ensuite, pendant la lune croissante, nous avons lancé un hurlement agricole avec presque toute la sélection estivale: tomates, courges, poivrons, aubergines et gombos. Nous avons fait les mêmes légumes racines, et nous avons planté plus d’oseille, ainsi que de la chicorée et une multitude d’herbes culinaires vivaces.

Ce qu’on aurait pu apprendre :
En gros, la plupart de nos semis sont arrivés, mais à partir de là, les résultats ont été mitigés. Certaines choses ont explosé. La famille de squash a établi sa résidence. Les capucines ont fait les gros titres et la bourrache a montré beaucoup de promesses. La roquette a éclipsé toutes les récoltes précoces et les radis, comme on pouvait s’y attendre, se sont bien installés. Les haricots de fava ont tourné. D’autres articles ont semblé être confus. Les épinards et le chou frisé ont surgi mais semblaient stagner et faire marche arrière même avant la chaleur du printemps. Le brocoli nous a laissé quelques germes pleins d’espoir. Les pois ont commencé la même chose, très bien, et sont devenus géniaux. C’est la première semaine de mai et nous n’avons encore rien mangé du jardin, ce qui, il me semble, est à prévoir.

En ville, lorsque des conversations ont eu lieu dans des quincailleries, des pépinières et des jardins, nous avons appris que la plupart des gens n’essaient même pas de cultiver quoi que ce soit avant le mois de mai. Certaines personnes mettent tôt les verts, mais la plupart ne dérange pas. Bien sûr, ces gens sont davantage des traditionalistes qui cultivent des jardins à rames avec des cultures plutôt prescrites. Nous essayons une approche en permaculture, ce qui devrait – on pourrait penser – faire en sorte que tout fonctionne un peu mieux. Et, nous avons lu sur les gens qui cultivent des cultures au début du printemps. Et, pour être honnête, j’ai écrit à ce sujet. Alors, qu’est-ce qui donne?

Un sol froid, qu’une culture soit résistante ou non au froid, ne nous favorisera pas la germination des semences ni même les semis. Tant que le sol ne sera pas assez chaud, il ne se produira pas beaucoup de croissance. Il ne suffit pas de faire démarrer les plantes dans la maison, il faut réchauffer le sol. Et cela m’amène à un deuxième point:
Construire deux cadres froids n’est pas la même chose que les utiliser. Nous avons planté des pots de semis et les avons entrés et sortis de la maison en attendant fin mars avant de sortir les cadres. Une période chaude a fait cuire les pousses d’épinards. Nous avons donc gaufré et enlevé le cadre de nos légumes racines, ce qui les a ralentis. Je crois que ce qui n’allait pas, c’est que les cadres froids devaient être installés sur les lits avant de planter quoi que ce soit, chauffant le sol pour que les choses puissent pousser. Et cela m’amène à un troisième point:
Sous les tropiques, tout était broyé immédiatement et à tout moment. Cependant, comme le disent les livres, au début du printemps, dans les régions tempérées, le paillage ralentit le processus de réchauffement du sol. Il isole le froid lorsque les températures extérieures montent. Nous avons pillé comme un fou sans période de réchauffement. Par conséquent, même au début de mai, je ne pense pas que notre sol se soit suffisamment réchauffé pour permettre une croissance rapide des plantes. Mais, les preuves indiquent que cela pourrait bien être en train d’arriver.
Le jardinage à longueur d’année, comme le disent les livres, est bien plus axé sur la culture lorsque l’achat est bon et la récolte toute l’année. Rien ne va germer au printemps jusqu’à l’heure. C’est bien mieux d’avoir ces articles pour temps froid prêts à l’emploi au moment opportun, plutôt que d’essayer de les faire démarrer dans le froid. Nous devrons faire attention à l’automne et garder les semis à l’intérieur de l’année prochaine. (Pour notre défense, pour le moment, nous restons dans une cabane dans les bois avec un ensoleillement insuffisant.)
Quelle que soit la façon dont ce printemps a répondu aux attentes et ne l’a pas fait, nous semblons définitivement perdre le fil de notre réflexion sur la manière de procéder, la prochaine fois, un peu différemment. De plus, nous avons apprécié les fourrages printaniers à base de mouron, d’oignons sauvages, de violette et de pissenlits. Nous avons même eu de la chance dans certains morilles. Et, en réalité, plutôt que notre fantaisie, si nous commençons à récolter certaines cultures d’ici la fin du mois de mai, nous serons dans les temps avec une récolte précoce.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2019 JARDIN DE GRAND MERE. TOUS DROITS RÉSERVÉS.