Accueil ASTUCES Marcottez vos plantes d'intérieur

Marcottez vos plantes d’intérieur

-

 

La marcottage est souvent utilisée pour la multiplication des vignes et des arbustes ligneux. Mais saviez-vous qu’il peut aussi être utilisé pour propager des gommes, des Pothos et d’autres plantes d’intérieur ?

Techniques de plantation de plantes d’intérieur

Le marcottage est le processus par lequel les racines poussent sur un tronc recouvert de terre et séparent ensuite la partie enracinée de la plante mère. Il existe plusieurs techniques de stratification. Les couches les plus appropriées pour la propagation des plantes d’intérieur sont les couches simples (ou lits), les couches de surface et les couches de couloir.

Une simple superposition

Pour quelles plantes, pourquoi ?

Le marcottage simple (ou stratification dans le sol) convient à la propagation de plantes à tiges grimpantes ou rampantes, comme dans les scandales Philodendron ou Pothos. Il permet d’obtenir rapidement des jeunes plants.

- Advertisement -

La méthode de marcottage simple

Il est identique à celui des plantes d’extérieur, sauf qu’un deuxième pot doit être utilisé pour remplacer la terre du jardin :

Choisissez un long tronc sur la plante à planter et fixez-la dans un pot rempli de terre végétale pré-humidifiée, à l’aide d’un crochet en fer, d’une fourche ou d’un galet.
Au bout de trois à quatre semaines, les racines se seront développées et de jeunes pousses apparaîtront. Il est temps de sevrer la nouvelle plante : coupez la marcotte au bout du tronc qui relie la jeune plante enracinée à la plante mère.
Les couches d’air

Le marcottage de l’air

Pour quelles plantes, pourquoi ?

L’application de couches d’air est une technique qui prend plus de temps que l’application de simples couches, mais elle donne d’excellents résultats lorsque l’on veut remplacer des sujets obsolètes ou endommagés.
Les gommes, croûtons, voleurs, ficus, filodendrons ou autres plantes à longues tiges droites et cassantes se prêtent bien à être disposés à l’abri des regards.

La méthode de marcottage de l’air

  1. Retirez les feuilles d’une partie droite de la tige.
  2. Découpez la base dans un sac en plastique transparent et placez-la sur la tige. Si les feuilles de la plante sont trop grandes et ne peuvent pas être traitées, ouvrez le sac, enveloppez la tige et fermez-la avec du ruban adhésif. Appliquez le manchon ainsi obtenu au bas des parties chauves de la tige.
  3. Faites une incision de 2,5 cm de long dans la tige (dans une plante ligneuse, procédez comme pour une plante d’extérieur en l’air). Gardez la langue ainsi obtenue ouverte et appliquez l’hormone de coupe sur la plaie. Insérez également un peu de sphaigne ou d’autres mousses humides.
  4. Remplissez le manchon de mousse humide et fermez-le en tapant sur le dessus autour de la tige. La mousse doit rester humide pour que les racines puissent se développer. Lorsqu’elle sèche, ouvrez la manche et mouillez-la.
  5. Au bout d’un mois et demi à deux mois, lorsque les racines sont visibles à travers le manchon, coupez la tige sous le manchon, retirez-la, détachez soigneusement les racines et plantez la mousse dans un pot avec de la terre.

Le marcottage par stolons

Pour quelles plantes, pourquoi ?

Certaines plantes d’intérieur irradient spontanément de longs couloirs, au bout desquels de nouvelles plantes apparaissent, comme les fraisiers. Ces jeunes plantes, qui ont des embryons de racines, sont faciles à empiler. C’est notamment le cas de la Falangaria ou de l’Episcia.

CLIQUEZ SUR LA PAGE SUIVANTE CI-DESSOUS POUR CONTINUER À LIRE…

Must Read

10 associations de plantes qui ne s’entendent pas du tout

0
  De loin, tout jardin ressemble à un lieu harmonieux. De belles herbes, des légumes et des fruits poussent au sol, créant un tapis de...