Now Reading
8 plantes abondantes de la «forêt fourragère» et comment les utiliser

8 plantes abondantes de la «forêt fourragère» et comment les utiliser

1. Pois d’Angola :
Les chèvres, les chevaux et le bétail mangent les feuilles, les petites brindilles sont déposées pour le paillage et le vieux bois chauffe bien.

À l’heure actuelle, je n’utilise les pois que pour semer la semence dans d’autres régions, mais des chooks (des poules, pour des non-Australiens) les mangent, et les gens peuvent aussi les manger, cuits de la même manière que tout autre haricot sec.

(Le pois cajan est une légumineuse qui fixe l’azote dans le sol. Nous le plantons aussi comme plante de brise-vent / pépinière pour les jeunes arbres fruitiers ailleurs sur notre propriété, où je le taille régulièrement les arbres fruitiers deviennent gros et commencent à évincer le pois cajan, nous hacherons et laisserons tomber les feuilles et les petites branches, et nous prendrons le tronc et les grosses branches comme bois de chauffage.)

2. Queensland arrowroot :
Chooks, canards, bétail, chèvres, porcs et chevaux peuvent tous manger le feuillage (les bovins et les chèvres adorent ça); les cochons aiment les tiges et aiment les ampoules au bas de la tige.

Nous mangeons aussi les bulbes, récoltés petits. Ils peuvent être cuits de différentes façons (notre préféré est le frit dans le saindoux ou le suif).

Les tiges et les feuilles de la marmotte constituent un excellent paillis. C’est une plante qui peut grimper rapidement (si l’humidité et la chaleur sont suffisantes) pour créer un brise-vent ou une ceinture de protection pour les plantes plus petites et plus délicates.

 

3. Consoude :
Je pense que tous les agriculteurs en permaculture connaissent et aiment la consoude. C’est un fourrage précieux pour tout le bétail, mais pour nous en particulier, il sert la volaille et les porcs. Les abeilles aiment ses fleurs.

C’est aussi un accumulateur dynamique qui extrait les minéraux de profondeur et les dépose dans la couche de paillis si vous coupez et laissez tomber ses feuilles.

Mon objectif est d’avoir la consoude partout où je veux construire du sol – sous les arbres fruitiers, près des potagers et partout où je cultive du fourrage pour les animaux.

 

4. Vignes de patates douces :
Tout le monde aime les patates douces. Nous et les cochons mangeons les tubercules. Les chevaux, les bovins, les chèvres et les porcs mangent tous la vigne.

Les vignes couvrent le sol comme un beau paillis vivant et un coupe-herbe. Et ils grandissent sous la plupart des choses, donc dans un sens, ils ne prennent pas de place. Il faut les dissuader de grimper et d’étouffer les jeunes arbres, mais c’est aussi l’occasion de récolter une bassine pleine, à porter aux cochons.

Ils peuvent être cultivés dans une zone surélevée, ou le long d’une route ou d’un chemin, et les vignes en cascade sur le bord ou se faufilant sur le sentier sont faciles à couper et à porter aux animaux comme fourrage.

5. capucines :
Les nasturniums sont beaux à regarder, leurs fleurs ornent nos salades et leurs feuilles sont bonnes en salades aussi, perdant leur aiguillon poivré quand ils se retrouvent avec la vinaigrette. Leurs feuilles nourrissent également nos crochets, et ils recouvrent le sol et suppriment les mauvaises herbes.

Ils essaient parfois de prendre le relais, et lorsque cela se produit, je trouve une base épaisse de vigne et la découpe, de sorte que la vigne s’éteigne et fournit un paillis et une graine suffisante pour la prochaine vague de feuilles vertes rondes et de fleurs aux couleurs vives.

6. Chokos :
Chokos, qui cultive la clôture autour de la forêt fourragère, est un autre super fournisseur pour nous. Nous mangeons les pointes de vigne et les plus petits chokos de la taille d’une noix en salade. Nous mangeons des chokos de la taille d’un avocat en petits œufs et nous nourrissons les porcs avec le grand vieux chokos coriace.

Les porcs mangent aussi les vignes, et les vignes peuvent également être facilement arrachées là où elles se sont propagées trop loin ou trop épaisses, et utilisées comme paillis.

See Also

 

7. bananes :
Outre l’avantage évident de la banane, cette plante a de nombreuses autres utilisations pour nous. Les bovins et les chèvres mangent les feuilles et le tronc. Les troncs peuvent être utilisés pour remplir les bases de plates-bandes surélevées.

Des bananes sont plantées dans notre deuxième petite forêt fourragère en aval de nos grands bacs de compostage de fumier, pour éponger l’humidité et les nutriments qui s’en échappent et pour fournir de l’ombre aux bacs afin de garder les vers à compost heureux.

Et des bananes. Les porcs, les chèvres, les bovins, les volailles et les humains peuvent tous manger des bananes de différentes manières et à différents stades de
8. mûriers :
Les chevaux, les bovins et les chèvres aiment le feuillage très nutritif et le porc le mange aussi. Les crochets nettoient les baies qui manquent aux enfants.

Et les arbres poussent dans la forme de votre choix – dans notre cas, bas et étalés pour fournir de l’ombre et un habitat, des possibilités d’escalade pour les enfants, un accès facile pour la cueillette de baies et l’élagage du feuillage pour le fourrage.

Récolte comme entretien
Maintenir notre forêt fourragère est une tâche simple – je viens d’en récolter les fruits.

Lorsqu’un chemin devient obstrué par une croissance excessive des rangées de chaque côté, il est temps d’en tirer quelque chose pour l’élargir à nouveau. Pendant que je suis en train de récolter, j’ai aussi l’habitude de couper et de déposer, et de désherber et de déposer, pour ajouter du paillis sur les rangées.

Et c’est tout. C’est vraiment la «récolte comme entretien», qui est le seul type d’entretien du jardin susceptible d’être durable à long terme, à condition que je sois le responsable principal de l’entretien.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2019 JARDIN DE GRAND MERE. TOUS DROITS RÉSERVÉS.